fbpx

 

Pour établir un diagnostic de carcinome non-mélanome, un médecin étudiera vos antécédents médicaux et fera un examen physique. Si un cancer est soupçonné, votre médecin réalisera une biopsie de la peau qui sera utilisée pour confirmer le diagnostic. Une biopsie peut être prélevée de quatre manières différentes :

  • Le prélèvement complet de la tache ou lésion
  • Le prélèvement d’un échantillon de la zone concernée si la tumeur s’étend aux couches plus profondes de la peau. Cette technique est appelée biopsie au trépan [« Shave and Punch »]
  • Une biopsie au trépan prélève un échantillon à travers plusieurs couches de la peau.

Une biopsie peut être réalisée au bureau du médecin ou dans une clinique à un hôpital. Un anesthésiant local et quelques points de suture sont nécessaires selon la quantité de peau prélevée. L’échantillon est ensuite examiné au microscope pour établir le diagnostic.

De manière générale, plus tôt les cancers non-mélanomes sont détectés, meilleures sont les chances de guérison. Visitez votre médecin si vous détectez une nouvelle lésion cutanée qui ne guérit pas, si vous remarquez le changement d’une lésion préexistante (comme un grain de beauté) ou si vous éprouvez tout symptôme ou signe de carcinome non-mélanome.

Traitement

Les traitements possibles pour des carcinomes basocellulaires :

  • Une intervention chirurgicale est souvent le principal traitement pour le carcinome basocellulaire et plusieurs méthodes peuvent être utilisées. Une excision enlève la tumeur et la peau qui l’entoure. Le curetage et l’électrodessication consistent à éliminer la tumeur en grattant et en utilisant un courant électrique pour détruire toutes cellules cancéreuses restantes. La chirurgie de Mohs est une technique spécialisée qui retire la tumeur visible ainsi qu’une couche additionnelle de tissu autour de la tumeur. Cette couche de tissu est examinée au microscope pour identifier toutes cellules cancéreuses restantes. Si cette couche de tissu contient des cellules cancéreuses, le processus est répété jusqu’à ce qu’il ne reste plus de ces cellules. L’ablation de ganglions n’est généralement pas nécessaire dans les cas de carcinomes basocellulaires.
  • La radiothérapie utilise des rayons ou des particules à haute énergie pour tuer les cellules cancéreuses. Elle est principalement utilisée chez les personnes âgées qui ne peuvent tolérer une intervention chirurgicale. Ce n’est pas le traitement privilégié pour les patients plus jeunes, car la radiation peut causer des dommages à long terme. Pour la radiothérapie externe, une machine dirige la radiation sur la tumeur et la zone environnante. La radiothérapie est souvent utilisée pour les tumeurs sur les oreilles, les paupières, les lèvres et le nez, car elle ne retire pas de tissus normaux comme la chirurgie le fait.
  • Des médicaments topiques sont plus souvent utilisés en chimiothérapie pour les carcinomes basocellulaires. La crème topique 5-fluorouracil (5 — FU) est appliquée directement sur la tumeur pendant plusieurs semaines ou est injectée directement dans la tumeur. Seules les tumeurs superficielles sont traitées de cette manière, car ce traitement ne rejoint pas les tumeurs dans les couches plus profondes de la peau.
  • Les traitements médicamenteux à action générale sont rarement utilisés pour le traitement du carcinome basocellulaire. Lorsqu’ils sont préférés, l’agent systémique généralement injecté par voie intraveineuse est le cisplatine.
  • La biothérapie (immunothérapie) emploie des agents naturels ou manufacturés pour renforcer le système immunitaire. La biothérapie est utilisée uniquement pour les carcinomes basocellulaires superficiels et à faible risque. L’imiquimod est le médicament biologique le plus communément utilisé pour traiter les carcinomes basocellulaires.

Le syndrome de Gorlin ou neavotamose basocellulaire peut être traité par :

  • Une intervention chirurgicale
  • La thérapie photodynamique, utilisée dans certains cas

Les traitements du carcinome squameux incluent :

  • L’intervention chirurgicale
  • La radiothérapie
  • La chimiothérapie
  • Les traitements médicamenteux à action générale, ciplatine, 5 — FU, doxorubicin et mitomycine, qui sont injectés par voie intraveineuse

Les traitements de la kératose actinique (KA) comprennent des interventions :

  • centrées sur la lésion: la destruction d’une ou plusieurs lésions par différentes méthodes comme la cryothérapie (par le froid)
  • centrées sur une zone: le traitement de la zone de la peau affectée par la KA par l’application topique de crèmes ou de gels, ou en utilisant la photothérapie

En plus des traitements listés précédemment, les chercheurs canadiens explorent continuellement de nouveaux moyens de traiter les cancers de la peau non-mélanomes. Certains peuvent réaliser des projets de recherche appelés essais cliniques qui testent les nouveaux médicaments et traitements développés. Pour en apprendre plus sur les recherches faites au Canada qui sont axées sur tous les types de cancers non-mélanomes, visitez la section sur les essais cliniques (Link to clinical trials French section).

Notes :

 *toute l’information de ce site concernant les traitements médicaux est offerte à titre d’aperçu seulement. Pour avoir la liste complète et à jour des effets secondaires, des avertissements, des précautions à prendre, lisez le feuillet qui se trouve dans l’emballage du produit et consultez votre médecin ou un pharmacien.

**Si vous envisagez une thérapie alternative ou complémentaire, discutez-en avec votre médecin d’abord ; tenez votre médecin informé de toutes les vitamines, les suppléments ou autres formes de traitement alternatif que vous suivez. Comme tous les médicaments, les thérapies alternatives peuvent interagir avec les autres traitements et, dans certains cas, avoir leurs propres effets secondaires. Souvenez-vous que « naturel » ne veut pas nécessairement dire « inoffensif ».

Sélectionnez une maladie de la peau:

donateimage f

Envisagez de soutenir le travail de l'ACPS avec un don

capplogo

Nous sommes fiers de collaborer avec l'Association canadienne des patients atteints de psoriasis

Pour en savoir plus sur l'ACPP et le travail qu'ils font pour les patients canadiens atteints de psoriasis et leurs familles.

Contactez-nous