fbpx

Pour poser un diagnostic de mélanome, un médecin recueillera vos antécédents médicaux et vous examinera. S’il est possible qu’il y ait un mélanome, votre médecin réalisera (généralement à son cabinet) une biopsie du grain de beauté au complet ou d’une petite partie pour confirmer s’il y a cancer. Si c’est un mélanome, l’échantillon de peau pourrait être examiné en détail pour chercher des caractéristiques spécifiques pouvant fournir des renseignements relatifs au pronostic.

Si votre médecin craint que le mélanome ne se soit répandu plus profondément dans la peau, elle ou il peut pousser l’investigation en demandant une biopsie des ganglions lymphatiques situés près de la lésion, des radiographies, des tests d’imagerie ou des tests sanguins.

À la suite de la confirmation du diagnostic de mélanome, votre médecin pourrait consulter ou vous faire voir d’autres professionnels pour le traitement, incluant un dermatologue, un chirurgien plastique ou un oncologue.

Généralement, plus le mélanome est détecté tôt, meilleures sont les chances de succès du traitement. Toutefois, le résultat dépendra de l’épaisseur de la tumeur, de son ulcération et de sa profondeur, de l’endroit où le mélanome est situé, de la gravité (ou le stade) du cancer et de l’âge de la personne atteinte. Un mélanome plus superficiel dans la peau a de meilleures chances d’être guéri.

Il existe cinq traitements communs pour le mélanome :

L’intervention chirurgicale pour enlever la tumeur est le traitement principal pour le mélanome à tous les stades et il y a différents types d’interventions :

  • L’excision pour enlever la tumeur et la peau l’entourant.
  • La biopsie du ganglion sentinelle pour enlever le premier ganglion lymphatique qui pourrait être envahi si le mélanome se métastase.
  • Le curage des ganglions lymphatiques qui enlève tous les ganglions situés près de la tumeur, particulièrement ceux ciblés lorsque palpés à l’examen physique; cette intervention engendre une accumulation inconfortable et prolongée de fluides et elle n’est réalisée que si nécessaire.

La radiothérapie utilise des rayons à haute énergie ou des particules pour tuer les cellules cancéreuses. On y a recours fréquemment dans les cas de mélanome à un stade avancé qui s’est répandu au cerveau ou aux os. Pour la radiothérapie externe, une machine dirige les rayons vers la tumeur et la région avoisinante. La radiothérapie peut être la thérapie privilégiée si l’état de la personne ne lui permet pas de tolérer une intervention chirurgicale, si l’endroit ou la taille de la tumeur en récidive à éliminer rendent une intervention chirurgicale inacceptable au niveau esthétique ou s’il y a de grands risques de récidive. La radiothérapie aux ganglions lymphatiques peut produire des cicatrices sur ceux-ci et bloquer la circulation des fluides entraînant ainsi une accumulation de ces derniers.

La chimiothérapie emploie des médicaments cytotoxiques (tueurs de cellules) pour détruire les cellules cancéreuses. La perfusion de membre isolé est une technique utilisée pour administrer directement le médicament au membre atteint. Le sang allant au membre est stoppé par un tourniquet et le médicament est injecté directement dans cette partie du corps isolée. Cette technique peut être utilisée pour traiter un mélanome qui semble s’être répandu dans un bras ou une jambe.

Les traitements avec des médicaments systémiques sont aussi employés pour ce type de cancer. Les agents systémiques communs sont la dacarbazine administrée uniquement par perfusion intraveineuse, le témozolomide donné seulement en dose orale, ou une combinaison de vinblastine, de cisplatin et de dacarbazine (communément appelée CVD) administrée par perfusion intraveineuse.

La thérapie biologique (immunothérapie) utilise des agents naturels ou manufacturés pour renforcer le système immunitaire. La thérapie biologique peut être employée après l’intervention chirurgicale des mélanomes pour lesquels le risque de récurrence est élevé. L’interféron, l’interleukin-2 et le Bacille de Calmette-Guérin sont les traitements biologiques les plus communs pour le traitement du mélanome.

Il existe un certain nombre de traitements et de médicaments dans chacune des catégories. Votre médecin déterminera le meilleur traitement selon votre âge, le stade du mélanome et d’autres facteurs importants. Toutefois, comme pour toute thérapie, il est important de comprendre le traitement que vous recevez. N’ayez pas peur de poser toutes les questions que vous avez à votre médecin.

De plus, les chercheurs continuent d’explorer de nouveaux moyens de traiter le mélanome. Certains d’entre eux peuvent réaliser des études appelées essais cliniques dans lesquels de nouveaux médicaments et traitements sont testés (par exemple, une étude récente a démontré que l’agent biologique ipilimumab double presque le nombre de patients qui survivent une année malgré le fait qu’ils aient été atteints d’un cancer avancé).

*Toute l’information de ce site concernant les traitements médicaux est offerte à titre d’aperçu seulement. Pour avoir la liste complète et à jour des effets secondaires, des avertissements, des précautions à prendre, lisez le feuillet qui se trouve dans l’emballage du produit et consultez votre médecin ou un pharmacien.


**Si vous envisagez une thérapie alternative ou complémentaire, discutez-en avec votre médecin d’abord; tenez votre médecin informé de toutes les vitamines, les suppléments ou autre forme de traitement alternatif que vous suivez. Comme tous les médicaments, les thérapies alternatives peuvent interagir avec les autres traitements et, dans certains cas, avoir leurs propres effets secondaires. Souvenez-vous que « naturel » ne veut pas nécessairement dire « inoffensif ».

Sélectionnez une maladie de la peau:

donateimage f

Envisagez de soutenir le travail de l'ACPS avec un don

capplogo

Nous sommes fiers de collaborer avec l'Association canadienne des patients atteints de psoriasis

Pour en savoir plus sur l'ACPP et le travail qu'ils font pour les patients canadiens atteints de psoriasis et leurs familles.

Facebook

Instagram

Contactez-nous