fbpx

Si vous présentez des signes ou des symptômes caractéristiques des verrues, consultez votre médecin, car lui seul pourra confirmer la présence de verrues. Certaines excroissances ressemblent à des verrues mais sont en fait des grains de beauté, des cornes, des durillons, des papillomes ou même des lésions cancéreuses. Il est très important de solliciter de l’aide si vous soupçonnez la présence de verrues génitales, car parfois elles sont liées au cancer.

Votre médecin vous examinera et fera une inspection visuelle, quelquefois à l’aide d’un instrument spécifique muni d’une lentille grossissante, appelé dermatoscope. Une biopsie de la lésion pourrait être effectuée si le médecin n’est pas certain du diagnostic. Les femmes ayant des verrues génitales pourront subir un frottis vaginal (test de Pap) pour s’assurer qu’il n’y ait aucun signe de cancer cervical.

Bien que les verrues puissent disparaître sans traitement, plusieurs personnes choisissent de les traiter si elles sont désagréables à voir, commencent à se propager ou sont à l’origine d’un inconfort. Voyez avec votre médecin si un traitement serait approprié et, si tel est le cas, lequel vous conviendrait le mieux.

Changements du style de vie et stratégies pour les soins de la peau

Les verrues non génitales

Si vous développez des verrues, vous pouvez modifier vos habitudes de vie pour que ces verrues guérissent correctement ainsi que pour prévenir leur propagation.

ÉVITER

CHOISISSEZ

  • De brosser, raser ou couper les zones affectées.
  • De se ronger les ongles s’il y a des verrues aux alentours.
  • De gratter les verrues.
  • De toucher les verrues.
  • D’utiliser des coupes ongles ou des limes différentes pour les ongles ayant des verrues et ceux qui sont sains.
  • De garder les mains aussi sèches que possible.
  • De vous laver les mains si vous avez touché une verrue.
  • De recouvrir les verrues des enfants avec un pansement pour éviter qu’ils se grattent.

Les verrues génitales

Vous pouvez changer votre style de vie afin de prévenir la propagation des verrues génitales lorsqu’elles apparaissent.

ÉVITER

CHOISISSEZ

  • D’avoir de multiples partenaires sexuels.
  • D’avoir des rapports sexuels non protégés.
  • D’utiliser des préservatifs pendant les rapports sexuels. Sachez cependant que les préservatifs peuvent ne pas couvrir entièrement la zone affectée.
  • De dévoiler à votre partenaire que vous avez des verrues génitales.
  • De conseiller à votre partenaire sexuel de se faire examiner pour dépister d’éventuelles verrues.

Les traitements médicaux

Les verrues sont généralement traitées à l’aide de médicaments topiques. Certains peuvent se faire à domicile alors que d’autres doivent être appliqués par un médecin. Différentes compositions chimiques peuvent être utilisées, mais l’objectif est toujours le même - tuer les cellules contaminées pour décaper et détruire la verrue. Il existe également des traitements dont le but est d’aider votre système immunitaire à attaquer les cellules des verrues. Le choix de traitement utilisé dépendra du type de verrues que vous avez.

Les traitements topiques

La cantharidine et les composés de cantharidine et autres produits provoquent la formation d’ampoules sur la peau qui par la suite pèlera. Ces traitements sont employés par les médecins pour détruire les verrues génitales externes (ex. les verrues sur le pénis ou la vulve). Ils peuvent être appliqués seuls ou en combinaison avec d’autres agents de cautérisation (acide salicylique et podophyllin). S’ils ne sont pas appliqués correctement, ces produits peuvent endommager les tissus sains. Ces traitements, comme la plupart des traitements topiques, occasionnent une certaine douleur ou une boursouflure de la zone traitée.

L’imiquimod est un modificateur de l’immunoréaction qui entraîne le système immunitaire à attaquer les verrues. Cette crème, disponible sur ordonnance, peut être utilisée pour traiter les verrues génitales externes (ex. les verrues sur le pénis et la vulve) et les verrues près de l’anus.  Elle est également utilisée pour d’autres maladies de peau telles les tumeurs de la peau précancéreuses et cancéreuses. Lorsqu’elle est prescrite pour le traitement des verrues génitales et périanales, la crème imiquimod est en général appliquée au coucher, trois fois par semaine jusqu’à 16 semaines alors que d’autres formules de l’imiquimod sont appliquées tous les soirs jusqu’à la disparition des verrues. Vous ne devriez pas recouvrir la crème d’un pansement, mais pouvez mettre une compresse de gaze sur la région affectée. Chez certaines personnes, la peau de la zone traitée peut changer de couleur (éclaircissement ou assombrissement). De plus, si le traitement provoque une irritation sévère, vous pouvez arrêter les applications d’imiquimod pendant quelques jours et recommencer lorsque la réaction disparaît. Chez la plupart des personnes, une certaine inflammation se développe ainsi que des rougeurs et une irritation de la zone traitée. Bien que ce soit rare, l’inflammation peut causer des difficultés à uriner chez certaines femmes.

L’azote liquide (cryothérapie) est couramment utilisé dans les traitements des verrues. De l’azote liquide extrêmement froide est utilisé pour « brûler » ou « geler » les verrues causant la destruction des cellules des verrues qui tombent. La manipulation de l’azote liquide est extrêmement dangereuse, le produit doit être appliqué par un médecin. Éradiquer les verrues peut nécessiter plusieurs traitements et certains peuvent laisser des cicatrices, une fois la verrue disparue.

Le podophyllin et le podofilox (podophyllotoxin) détruisent les cellules cutanées, dont celles des verrues, qui meurent et tombent. Ces préparations sont utilisées par les médecins pour éliminer les verrues génitales externes (ex. les verrues sur le pénis et la vulve). Le podophyllin est disponible seul ou en combinaison avec d’autres agents pour détruire les verrues (acide salicylique et cantharidine). Votre médecin appliquera la première dose de podophyllin et vous expliquera comment appliquer les doses suivantes. Ces applications se font en général une ou deux fois par jour pour une durée maximale de trois jours, suivi d’au moins quatre jours sans traitement. Si nécessaire, et selon les recommandations de votre médecin, ce traitement (trois jours de traitement suivis de quatre jours sans traitement) peut être répété jusqu’à quatre semaines. Mettez le podophyllin directement sur les verrues génitales après avoir appliqué une couche de gelée de pétrole qui sèchera et formera une pellicule autour des verrues pour la protection des tissus adjacents. Si vous êtes enceinte, vous ne devriez pas employer le podophyllin.  Le podophyllin et les autres produits topiques pour les verrues peuvent endommager les tissus sains s’ils ne sont pas utilisés correctement.

L’acide salicylique est un des acides à forte concentration utilisé pour « bruler » les verrues. Faites tout d’abord tremper la partie affectée dans de l’eau tiède pendant cinq minutes et enlever les tissus ramollis avec un gant de toilette ou du papier émeri. Appliquez ensuite le gel directement sur la verrue, laissez le sécher et former une barrière autour de la verrue. Répétez ce traitement une fois par jour jusqu’à ce que la verrue disparaisse. Si vous ressentez de l’inconfort, arrêtez le traitement momentanément et reprenez-le si nécessaire. Ce gel ainsi que les autres produits à forte concentration d’acide ne doivent pas être utilisés près des yeux ou des membranes muqueuses. L’acide salicylique peut endommager les tissus sains s’il n’est pas appliqué correctement. Si vous souffrez de diabète ou de tout autre trouble de circulation sanguine, vérifier auprès de votre médecin avant de l’utiliser. De plus, l’acide salicylique étant inflammable il devrait être hermétiquement fermé et tenu éloigné de toute flamme.

D’autres acides forts (acide bichloroacetic/acide trichloracétique) peuvent être utilisés pour un traitement localisé des verrues. L’acide bichloroacetic et l’acide trichloracétique sont utilisés pour soigner différentes sortes de verrues incluant les verrues génitales et les verrues plantaires. Le traitement doit être effectué par votre médecin qui prendra toutes les précautions nécessaires afin d’éviter d’endommager les tissus sains. Plusieurs traitements pourraient être nécessaires pour éradiquer complètement les verrues.

Les traitements systémiques

Le vaccin contre le virus du papillome humain prévient l’infection de certaines souches du virus VPH responsables des verrues génitales. Une infection VHP peut finalement entraîner un cancer du col de l'utérus, du vagin et de la vulve. Le vaccin est administré aux jeunes filles et femmes de 9 à 26 ans et a été récemment approuvé pour les hommes.  La vaccination VPH nécessite trois injections dans le muscle de l’avant-bras ou de la cuisse : une dose initiale et des rappels à deux et six mois. Le vaccin est destiné à prévenir l’infection VPH, il ne peut la guérir. Parce que le vaccin n’est pas efficace à 100 % et qu’il n’agit que contre certaines souches du virus VPH, il est important de se protéger lors de rapports sexuels. Qu’elles aient été vaccinées ou non, les femmes devraient régulièrement consulter un gynécologue et subir un test Pap.

Les autres traitements 

Certains médicaments officiellement approuvés pour traiter d’autres maladies ont été employés dans le traitement des verrues, avec des taux de réussite variables ou limités.  Ces traitements sont inclus ci-dessous à titre d’information seulement.

  • Prescription : Cimétidine, Immunothérapie intralésionnelle (ex. interféron, bléomycine), 5-fluorouracile, épinéphrine.
  • Autres : les traitements au laser, l’acide aminolévulinique avec photocoagulation à l’infrarouge, recouvrir de ruban adhésif, traitement chirurgical (ex. excision chirurgicale).

Notes :

*Toute l’information de ce site concernant les traitements médicaux est offerte à titre d’aperçu seulement. Pour une mise à jour et une liste complète, des avertissements, des précautions à prendre, lisez le feuillet qui se trouve dans l’emballage du produit et consultez votre médecin ou un pharmacien.

**Si vous envisagez une thérapie alternative ou complémentaire, discutez-en avec votre médecin d’abord et tenez-le informé de toutes les vitamines, les suppléments ou de toutes autres formes de traitement alternatif que vous suivez. Comme tous les médicaments, les thérapies alternatives peuvent interagir avec les autres médicaments/traitements et, dans certains cas, avoir leurs propres effets secondaires. Souvenez-vous que « naturel » ne veut pas nécessairement dire « inoffensif ».

Sélectionnez une maladie de la peau:

donateimage f

Envisagez de soutenir le travail de l'ACPS avec un don

capplogo

Nous sommes fiers de collaborer avec l'Association canadienne des patients atteints de psoriasis

Pour en savoir plus sur l'ACPP et le travail qu'ils font pour les patients canadiens atteints de psoriasis et leurs familles.

Contactez-nous