fbpx

Les verrues non génitales n’affectent pas vraiment la qualité de vie. Les verrues non génitales, excluant la douleur causée par les verrues plantaires, n’entrainent pas de trouble physique ou d’inconfort chez les personnes en bonne santé. Sur le plan psychologique, les personnes ayant des verrues plates, plantaires, péri-unguéales et des verrues filiformes semblent en général bien composer avec leur affection, même si les verrues larges ou multiples peuvent être inesthétique et une source d’embarras.

À cause de la stigmatisation sociale associée au diagnostic d’une maladie transmise sexuellement, les personnes souffrant de verrues génitales peuvent éprouver un sentiment de honte, surtout si leur famille et leurs amis réagissent de façon négative à cette affection ou cessent de les soutenir. Heureusement, ces attitudes et ces émotions s’estompent en général avec le temps. Pour certaines personnes ayant des verrues génitales, modifier leurs habitudes sexuelles pour empêcher la propagation de leur maladie peut représenter un défi. Les conseillers professionnels peuvent aider ces personnes à surmonter leurs sentiments de honte et de dépression et leur suggérer des stratégies afin de changer leurs pratiques sexuelles.

 

Sélectionnez une maladie de la peau:

donateimage f

Envisagez de soutenir le travail de l'ACPS avec un don

capplogo

Nous sommes fiers de collaborer avec l'Association canadienne des patients atteints de psoriasis

Pour en savoir plus sur l'ACPP et le travail qu'ils font pour les patients canadiens atteints de psoriasis et leurs familles.

Contactez-nous